Entre terre et mer, le pays du Bessin

Aout 2017 classé dans destinations 

Quoi de mieux que de profiter de la douceur de l'été pour s'évader le temps d'un week-end ? C'est donc dans le pays du Bessin que je vous emmène, territoire situé au cœur de la Normandie avec pour chef lieu la ville de Bayeux dans le calvados. Entre cités médiévales et plages du débarquement, le Bessin est un territoire marqué par un riche patrimoine, une nature luxuriante et sauvage, sans oublier une gastronomie généreuse et crémeuse digne de la région. Etant en visite lors d'un court séjour, je me suis concentré sur la découverte du Bessin dit "touristique", longeant les côtes du littoral, vestige à ciel ouvert du débarquement de 1944 qui a laissé des traces à la fois bouleversantes et indispensables pour le devoir de mémoire. Suivez-moi, je vous fais découvrir les multiples facettes d'une région où l'histoire restera figée à tout jamais...

Un camping idéal, à proximité des meilleurs sites touristiques ...

Je dois admettre que ce n'est pas dans mon habitude de loger en camping lors de mes escapades, mais celui de Port'land, situé sur la commune de Port en Bessin, m'a tout de suite tapé dans l’œil lors de mes recherches d'hébergement. Et puis c'est la belle saison, alors je me suis laissé tenter en louant un Mobil-home tout confort à quelques kilomètres des meilleurs points touristiques de la région. Loin du tourbillon de la vie quotidienne, j'ai découvert un établissement parfaitement bien agencé et particulièrement verdoyant. Les emplacements y sont spacieux et propres, disposés autour de nombreux points d'eau permettant des moments zen et reposants. Doté de 4 étoiles, le camping de Port'land offre de nombreuses commodités très agréables pour un séjour sur les côtes normandes : une boutique, un restaurant, des activités diverses et variées sans oublier un fabuleux parc aquatique composé d'une piscine intérieure et deux bassins extérieurs, agrémentés de toboggans pris d'assaut par les enfants. Ajoutez à cela une équipe d'animation polyvalente et disponible et vous aurez tous les ingrédients pour faire de vos vacances à Port'land un véritable moment de partage convivial en famille ou entre amis. Pour vous donner une idée de l'établissement, je vous invite à découvrir la visite virtuelle ci-contre. 

Une arrivée explosive...

A peine en possession de mon Mobil-home que me voilà déjà parti pour rejoindre le centre-ville de Port en bessin situé à 10 minutes de marche de mon camping. Une petit sentier pédestre permet de rejoindre la ville, longeant la mer du haut d'une falaise où la nature est reine. Au loin, j'aperçois déjà le port artificiel d'Arromanches et les falaises plongeant dans une mer calme et paisible, laissant deviner quelques bateaux de pêche en pleine activité. La vue est surprenante et similaire à certains paysages d'Irlande. Le vert domine et se confronte aux tons ocres et bruns des côtes rocheuses. C'est alors que je quitte la quiétude de ce chemin pour rejoindre l’effervescence de la ville qui accueille tous les vendredis de l'été un marché nocturne situé le long des quais du port de pêche. On y retrouve de l'artisanat, du prêt-à-porter, produits régionaux, ... 

Je constate tout de suite la géologie particulièrement atypique du charmant petit port de pêche : Port en bessin est comme posé là, au milieu de deux majestueuses falaises, avec comme artère principale le chenal qui vit au rythme des marées. A la fraîcheur de la nuit tombante, je m'attarde quelques instants à discuter avec les locaux. J'apprends ainsi que Port en Bessin est classé n°1 des ports de pêche du calvados, avec pour spécialité la coquille Saint-Jacques qui a fait sa grande renommée. L'artisanat est à l'honneur dans ce port de pêche qui abrite un peu plus de 2000 habitants. Je comprends immédiatement que toute l'économie locale repose sur le patrimoine maritime et touristique, avec bon nombre de métiers et de savoir-faire liés à la pêche rassemblés de part et d'autre des bassins portuaires. La municipalité surfe d'ailleurs sur le sujet en proposant régulièrement des visites guidées permettant la découverte des multiples facettes de la cité portuaire. A port en Bessin, il est particulièrement difficile de jeter son dévolu sur l'un des nombreux restaurants proposant des spécialités de poissons et de fruits de mer qui bordent le port et les ruelles adjacentes. 

Après un dîner sur le pouce, faute d'avoir réservé, je continue ma visite en traversant la porte-écluse et le pont tournant qui relie les deux berges de la ville. C'est alors que je fais face à la Tour Vauban, édifice d'artillerie servant à protéger la ville et dominant l'entrée du port de la ville. La foule s'épaissit pour assister à un spectacle haut en couleurs proposé tous les vendredis soirs d'été : un feu d'artifice illumine le ciel de milliers de couleurs, réjouissant touristes et locaux, sur des rythmes très estivaux signant une première demi-journée dans le calvados sous les meilleures auspices.

Etant dans la région sur une courte période, je décide de me lever dès l'apparition des premiers rayons du soleil afin de profiter pleinement de mon séjour. Situé à moins de 15 minutes en voiture, je rejoins le célèbre cimetière Américain implanté sur la commune de Colleville-sur-Mer. Dès mon arrivée, je suis impressionné par la structure du cimetière et son organisation millimétrée. Le flux de touristes est formidablement bien géré, les accès sont adaptés à tout type de visiteurs et la sécurité est digne des aéroports avec contrôle des sacs au rayon X et passage obligé de chaque promeneur au détecteur de métaux. Il faut dire que pénétrer dans le cimetière Américain de Colleville sur mer revient à changer de pays, les terres appartenant au gouvernement américain qui en a la pleine gestion. En effet, l'état Français a concédé les 70 hectares que composent le cimetière à l'état Américain "En témoignage de la reconnaissance de la France envers le sang versé."

Je commence ma visite par la découverte du visitor center dont la modernité contraste avec la thématique des lieux. La sensibilité des touristes est tout de suite mise à rude épreuve dans une scénographie de visite à la fois bouleversante et très bien pensée : sur deux niveaux, il est possible de découvrir les secrets des plus grandes réalisations militaires de tous les temps. C'est à travers de nombreuses photos d'époques, d'histoires personnelles retranscrites par des écrits dont certains sont si poignants qu'il est difficile de les lire jusqu'au bout, d'objets de guerre ayant traversé le temps que l'histoire de la seconde guerre mondiale prend tout son sens. Le visitor center rempli parfaitement son rôle premier d'éducation, d’information et rend hommage de façon ludique et magistrale aux soldats tombés aux combats. Au-delà de l'aspect très solennel de la visite, j'ai pu accroître mes connaissances  sur la Seconde Guerre mondiale et réaliser combien cette période a considérablement affecté le cours de notre histoire mondiale.

 

La visite se poursuit par la découverte du cimetière proprement dit, situé sur le haut d'une falaise, surplombant la plage de Omaha Beach. L'entretien des espaces verts est tout simplement bluffant : 9 387 soldats tombés au combat reposent ici sur une pelouse taillée à la perfection. Je me suis même demandé si le gazon n'était pas synthétique.  Je découvre tout d'abord le mémorial, sorte d'édifice circulaire qui possède en son centre une statue intrigante et qui le restera : à mon grand regret, aucune légende disponible sur cette sculpture de bronze. Je m'attarde quelques instants à visualiser d'immenses reproductions de carte militaires, dont une en particulier qui rassemble bon nombre d'informations sur le débarquement de Normandie. L'émotion est à son paroxysme lorsque je croise un vétéran et sa famille dont l'émoi est profondément palpable. Je m’éloigne alors afin de respecter ce moment d'intimité et continue ma visite par la découverte de l'espace dédié aux tombes où reposent les corps de 9 387 personnes,  dont 307 inconnus et quatre femmes. L'image est saisissante et procure une sensation étrange de recueillement indispensable à la beauté du lieu. A perte de vue, les sépultures s'étalent dans un alignement absolu. Les stèles de marbre blanc sont en forme de croix latine ou d'étoile de David. Elles possèdent des annotations concernant le défunt, mais le grand nombre de stèles créé une sorte d'anonymisation des sépultures et l'homogénéité de ces dernières provoque le trouble lors de la visite. Une petite chapelle située à extrémité du cimetière attire alors mon attention. A l’intérieur se trouve un autel surmonté d'un vitrail orné d'étoiles symbolisant les états composant les États-Unis, ainsi que d'une étoile de David en son centre.

Je décide de terminer ma visite en longeant le chemin le long de la falaise qui surplombe la plage et la manche.  La vue est spectaculaire et fait appel à l'imagination, permettant de replonger dans cette atmosphère noire et sombre de la seconde guerre mondiale et du débarquement de Normandie.  La visite du cimetière américain est une étape primordiale lors d'un séjour dans le Bessin et fait partie des sites mémoriels immanquables.   

Le cimetière Américain de Colleville-sur-mer

Bayeux, cité médiévale et religieuse au patrimoine insoupçonné 

Rouen, Le havre, Honfleur, le Mont Saint Michel, les falaises d'étretat...Autant de villes, autant de spots touristiques symboles de la région Normandie et connus de tous. Mais la ville de Bayeux n'est pas en reste, notamment avec son symbole fort : la tapisserie de Bayeux inscrite au registre « Mémoire du Monde » par l'UNESCO. J'ai néanmoins décidé d'occulter cette visite en me consacrant sur le centre-ville historique, faute de temps dans la région. Je dois avouer que je m'attendais à découvrir une ville stigmatisée par un lourd passé, croisant à chaque rues des traces inéluctables de ce conflit mondial si ancré dans la région. Et bien figurez-vous qu'il en est rien et bien au contraire ! La ville est intacte et rayonne par une architecture médiévale qui a su traverser le temps et échapper aux bombardements. Contrairement à bon nombre de communes de la région, aucune destruction massive n'a entamé l'image de la ville, lui permettant de présenter à ce jour un patrimoine varié, étonnant et préservé. Je décide de partir à l'aventure sans plan ni informations pratiques et de découvrir moi-même les ruelles étroites et pavées du centre-ville historique. Je découvre alors une architecture typique de la région, où se mélangent de nombreux hôtels particuliers des 17e et 18e siècles, des manoirs à tours, de grandes demeures et des maisons à pans de bois. Au détour de certaines artères de la ville, des bornes explicatives offrent des informations sur l'histoire de la cité médiévale. Sans doute conscient des éventuelles retombées économiques du tourisme dans la région, la municipalité à tout mis en oeuvre pour accueillir les visiteurs qui bien souvent intègrent la ville de Bayeux dans leur carnet de voyage normand. Ainsi, la ville propose un circuit touristique clair et bien réfléchi, donnant au centre-ville de Bayeux l'aspiration d'un véritable lieu de vie et de rencontre entre locaux et touristes. C'est d'ailleurs un sentiment consolidé en ce samedi soir où la jeunesse Bajocasse ( C'est le nom des habitants de la ville ! ) déferle dans la cité. Il faut dire que la saison estivale de la ville est riche en manifestations attirant de nombreuses personnes dans ses rues tout au long de l'été. Les rendez-vous à la cathédrale font partie des immanquables de la belle saison. Spectacle gratuit les mardis, jeudis et samedis soir, la cathédrale de Notre dame de Bayeux et l’Arbre de la liberté mettent leurs habits de lumière à la nuit tombée pour émerveiller petits et grands dans une atmosphère très agréable. C'est le spectacle par excellence pour plonger sans retenue dans un voyage extraordinaire au cœur de l'histoire de Normandie en faisant appel à l'imaginaire de chaque visiteur. Au total une dizaine d'histoires sont ainsi dévoilées tout au long de la soirée sur l'arbre solidement ancré dans la cour de l'ancien évêché, près de la cathédrale qu'il caresse de l'extrémité de ses rameaux. Prouesse technologique et poétique, ce spectacle très coloré s'étend également sur l'immense structure qui compose la cathédrale, prolongeant encore un peu plus le délice de cette soirée. Il faut dire que l'architecture gothique et romane française du monument se prête parfaitement au mapping haute définition projeté sur ces murs. 

C'est sur ces festivités immanquables de l'été et ce son et lumières fort en émotion que ma visite de Bayeux se termina et c'est avec des constellations plein la tête que morphée ne mit pas longtemps à m'accueillir...

Dernier jour, dernières heures dans le pays du Bessin. Je décide ce matin de me rendre dans la commune qui avait attiré mon attention dès le premier jour : Arromanches est visible à des kilomètres à la ronde avec son port artificiel, oeuvre unique dans l'histoire de l'humanité et vestige très symbolique du conflit de la seconde guerre mondiale. Située respectueusement  à moins de 20 minutes de route de Bayeux et Port en Bessin, Arromanches se décline sous deux aspects majeurs : il y a l'avant et l'après débarquement de l'été 1944. L'après guerre a permis à la ville de s'embourgeoiser en accueillant de prestigieuse villas balnéaires très répandues sur la commune. La ville est propre et accueille des résidents d'un certain niveau social, il suffit de regarder la taille des maisons, leur architecture de maître et constater le peu d'habitants croisés pour détecter tout de suite le côté huppé de la commune. Mais Arromanches me semble particulièrement calme en ce dimanche matin d'été, comme si le temps s'était arrêté et que les habitants avaient déserté leur ville le temps des vacances. Quelques touristes errent dans les ruelles de la ville encore bien calme. Je profite de cette sérénité ambiante pour absorber les quelques rayons de soleil qui arrivent à percer le ciel qui s’obstrue de plus en plus pour prendre un petit-déjeuner en terrasse, devant à la mer. Je fais face alors aux fameux vestiges du port artificiel qui font la notoriété bien au-delà de nos frontières de la commune.  L'image est incroyable ou effroyable, je me perds alors dans mes sentiments sans savoir vraiment ce que je dois ressentir sur ce moment qui me trouble. D'énormes caissons flottants en béton armé servant de pontons flottants en 1944 se découvrent au fur et à mesure que la mer se retire, permettant la découverte incroyable des décombres de ce port artificiel. Je décide alors de me rapprocher et de fouler pour la première fois le sable tiède des plages normandes. Je suis alors comme submergé par des images toutes droites sortie de mon imagination : Cette construction implantée sur le rivage a traversé le temps, comme pour nous rappeler de ne pas oublier et de perpétuer ce devoir de mémoire, en nous aidant ainsi à cerner les enjeux du Débarquement et de la Bataille de Normandie.

Au détour d'une petite ruelle, je découvre un chemin escarpé piétonnier permettant de rejoindre le sommet de l'une des deux falaises qui encadre la ville. Je prends donc mon courage à deux mains et me lance dans cette ascension qui reste accessible à bon nombre d'entre nous. La perspective que donne la prise de hauteur est extraordinaire. Le port artificiel totalement découvert par la mer prend encore plus d'amplitude et la charmante ville d'Arromanches semble comme prisonnière des deux falaises l’entourant, ayant comme seule porte de sortie la mer. Au sommet de la falaise se trouve une station d’observation, protégée par la statue de la vierge, permettant d'en savoir un peu plus sur le débarquement de l'été 1944. Déterminé à parfaire mes connaissances, je me laisse séduire par une des attractions majeures de la ville : un cinéma circulaire à 360°, sur pas moins de neufs écrans haute définition. Racontant l'histoire intégrale de la Bataille de Normandie, de la préparation du Débarquement à la libération de Paris. Je suis ressorti de la séance plutôt satisfait de l'expérience malgré quelques perturbations par des visiteurs indélicats. Avec un prix plus que raisonnable ne dépassant pas les 6€ par personne, c'est une aventure à vivre en famille afin de transmettre aux plus jeunes les connaissances nécessaires de cette période néfaste qui a marqué le monde entier. 

En sortant du cinéma, face à la mer qui s'étend à perte de vue et qui enferme entre ses flots les vestiges du port artificiel, en repensant au cimetière américain, au charmant petit port de pêche de Port en Bessin et à la soirée magique passée à Bayeux, je prends alors conscience d'être le témoin de la découverte d'un site extraordinaire. Riche d'un patrimoine historique mondial, le pays du Bessin propose une multitude d'activités touristiques en préservant dignement sa beauté naturelle fortement mise en valeur. Destination de pèlerinage pour certains, station balnéaire prisée pour d'autres, le pays du Bessin sait accueillir les touristes et a bien compris la manne financière que cela représente. Entre terre et mer, le pays du Bessin sait conjuguer histoire, culture, patrimoine sans oublier gastronomie à la française qui plait d'ailleurs énormément aux nombreux touristes étrangers présents dans la région. Destination qui ne nécessite pas un budget considérable et située à trois heures de la région parisienne, le pays du Bessin est un excellent compromis pour les adeptes de l'histoire mais aussi pour les randonneurs et autres plagistes qui en auront pour leur argent. 

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Instagram Social Icon